Fauteuil Empire

Fauteuil "Empire"

L'assise de ce fauteuil était affaissée, les sangles détendues, et la tapisserie défraîchie. J'ai souhaité lui redonner un peu de vie et lui apporter une touche de modernité. Encore un nouveau défi technique, cette fois celui du rembourrage et de la tapisserie. Pour mener à bien ce projet, j'ai du passer pas mal de temps sur internet à chercher des tutos et je suis allé rencontrer Catherine Bogrand, tapissière à Saint Brieuc qui m'a prêté un livre référence sur la tapisserie.

Première étape, le démontage. Une partie assez fastidieuse, il fallait enlever tous les clous de tapissier ainsi que les semences de chaque couche de tissu. Cela m'a permis de voir comment il était assemblé, j'ai pris soin de conserver chaque élément qui m'ont servi de gabarit pour la rénovation. Ces étapes étaient nécessaires pour bien évaluer l'état de fatigue du fauteuil. 

 

 


Etape 2, les sangles : Les sangles doivent être très bien tendues pour assurer une base ferme pour accueillir les ressorts. Je n'avais pas de tendeur de sangle et en regardant sur internet, le prix de cet outils m'a dissuadé d'en acheter un surtout que je n'en ai pas une utilisation régulière. J'ai décidé de m'en fabriquer un avec des chutes de bois et des clous, ce bricolage s'est révélé très efficace et j'ai pu tendre assez les sangles pour avoir l'effet tambour recommandé.

 

Etape 3, les ressorts : une étape assez simple, Il a fallut replacer les ressorts en les cousant sur les sangles et faire le guindage pour créer la forme d'assise. La tapissière que j'ai rencontré m'avait conseillé de mettre des ressorts neufs, mais j'ai su cela après avoir effectué cette étape, tant pis pour moi ! 

 

 

 

Etape 4, la toile forte. Elle recouvre les ressorts et ceux-ci y sont cousus. La toile est fixée avec des semences sur le bois du fauteuil.

 

 

Etape 5, la mise en crin végétal. Cette étape est assez délicate et j'ai du défaire ce que j'avais fait avant, j'avais conservé le rembourrage d'origine, pensant pouvoir m'en servir tel-quel, mais cela ne fonctionnait pas. J'aurais peut -être du acheter du crin neuf, mais au lieu de ça, j'ai ré-aéré le crin d'origine pour lui redonner du volume et de l'élasticité.

Etape 6, la pose de la toile d'embourre, le point de fond et le bourrelet. Etape primordiale pour former l'assise. Il a fallut que je m'équipe d'une aiguille à piquer spéciale pour le point de fond. j'ai du apprendre également le point de bourrelet, que j'ai appliqué sur le pourtour du rembourrage.

 

Etape 7, mise en crin animal. Je ne suis pas très content non plus de cette étape, j'aurais du acheter du crin neuf encore une fois (mais vu les tarifs...). Par économie de moyen j'ai pris du Kapok que j'ai mélangé au crin animal d'origine. Le travail de ce mélange n'est pas très facile et j'ai eu du mal à répartir de façon homogène le mélange. 

 

Etape 8, la mise en blanc. Cette étape permet de voir le fauteuil terminé et les tapissiers professionnels peuvent présenter leurs fauteuils de cette manière au client avant le choix du tissu. 

 

 

 

Etape 9, la tapisserie. j'ai choisi un tissu graphique pour contraster avec l'aspect classique du fauteuil. J'ai fixé le tissu avec des agrafes et semences et ensuite j'ai mis les clous d'ornement (environ 500 ...) et voilà, le fauteuil est terminé.

 

 

 

Pour conclure, j'ai trouvé le cheminement très intéressant et j'ai appris beaucoup de choses en rembourrage et en tapisserie. Même si je suis content du résultat, je pense que j'aurai pu mieux faire en utilisant des matériaux neufs et en faisant les frais de crin végétal et animal. Un autre point positif, c'est que j'ai acquis quelques équipements pour mes prochains fauteuils (marteau de tapissier, carrelet droit, ficelle de lin, pied de biche, tendeur de sangle, carrelets ronds).